• 1
  • 2
  • 3
  • 4

Disciplines enseignées

Yoseikan Kempo

Mitchi Mochizuki 39

Le kempo YOSEIKAN correspond à la forme "sportive" de la pratique. La forme "sportive" du YOSEIKAN inclut aussi bien le combat à mains nues que le combat avec armes de mousse. En ce qui a trait au combat à mains nues, le kempo permet l'utilisation de certains atémis (techniques de frappes avec les mains et les jambes) sur certaines parties du corps, les techniques de projections (amenées au sol) et les techniques d'immobilisation. Pour les combats avec armes de mousse, différentes formes d'affrontement seront exécutées en utilisant les trois types de bâton mousse utilisé en YOSEIKAN. La pratique du kempo favorise le développement de la puissance et de l'endurance physique, la notion de "timing" (le synchronisme espace-temps), la faculté de prise de décision et l'efficacité dans le combat à mains nues.

Yoseikan Aikïdo

Maitre Aikido Recadre

À partir de ses connaissances en Judo et en Aïkido, le maître Minoru Mochizuki a développé son propre style à la fin des années 40: l’Aikido Yoseikan. Cette Méthode a ensuite été intégrée au Yoseikan Budo par son fils aîné, le maître Hiroo Mochizuki.

Le Yoseikan Aïkido est basé sur les torsions et les extensions articulaires, les projections, les immobilisations et les étranglements. Ces techniques sont exécutées à l’aide de déplacements circulaires spécifiques favorisant le déséquilibre harmonieux du partenaire. Il est ainsi possible de pratiquer des techniques dangereuses de façon fluide, souple et contrôlée, en évitant ainsi les blessures corporelles.

Le Yoseikan Aïkido est pratiqué dans un esprit d’entraide et de progression mutuelle de manière à développer la créativité et l’esprit d’initiative.

Yoseikan Jujitsu

Le Ju-jitsu Yoseikan quant à lui regroupe sensiblement les mêmes techniques travaillées en aïkido, mais à la différence qu’elles sont appliquées de façon plus statique et directe et peuvent favoriser l’utilisation des atémis waza (les techniques de frappe). Le Ju-jitsu Yoseikan est une méthode de défense complète et prône autant le travail debout que le travail au sol.

Yoseikan Iaïdo

Maitre Iai

L’iaïdo YOSEIKAN est l'art de dégainer le sabre. Cet aspect de la pratique du YOSEIKAN est axé sur l'utilisation du sabre traditionnel japonais. Pratiqué seul, contre un ou plusieurs adversaires L’iaïdo YOSEIKAN insiste sur la concentration, la maîtrise de soi, la sensation de combat réel (entre la vie et la mort) et le développement de l'énergie interne.

Yoseikan Kenjitsu

Le kenjitsu quant à la lui est une forme de travail ou l’on utilise le sabre de bois que l’on appelle « boken ». Cette forme de travail comporte l’étude du combat au sabre de bois, qui servait à l’époque de « réplique » au sabre réel pour les entraînements. Contrairement à l’iaïdo, la pratique du kenjitsu se fait principalement avec un partenaire de travail. Malgré le fait que le « boken » servait principalement d’arme pour l’entraînement, il fût utilisé à l’époque par plusieurs combattants comme arme réelle.

Yoseikan Kobudo

Mitchi Et Kyoshi Mochizuki 2

Le kobudo est la partie sur l'étude des armes traditionnelles japonaises. Ces armes qui à l’origine étaient des outils utilisés pour les travaux agricoles et qui ont été transformés pour les besoins en armes de guerre, par exemple : le bô (bâton long), le jô (bâton court), le nunchaku (fléau pour battre le riz), les tonfas (manivelle pour activer une meule) et les saï (trident pour la pêche).

Le Yoseikan Training

Training

Cette forme d'entraînement dynamique est axée principalement sur le développement de la condition physique générale du pratiquant. En plus de développer le côté technique de la pratique du YOSEIKAN BUDO, on y travaille aussi des circuits d'exercices intégrés pour améliorer de façon significative la condition cardio-vasculaire et musculaire du pratiquant

Le YOSEIKAN "Training" peut être pratiqué de façon individuelle et aussi avec un partenaire de travail et équipement de protection et coussin de frappe, mais toujours de façon rythmée et chorégraphiée au son de la musique. Ce qui en fait à la fois une forme agréable, motivante, conviviale et rassurante pour les pratiquants (es) qui appréhendent les activités dites « d'opposition ». Cette forme de travail leur permet d'intégrer dans des conditions sécuritaires, la notion de travail à deux dans un esprit d'entraide et constitue pour de nombreux pratiquants une passerelle attractive qui leur permettra d'évoluer naturellement et qui les amènera vers le YOSEIKAN BUDO.

Une séance de Yoseikan "training" se termine toujours par une phase de retour au calme qui peut se traduire par une séance de mouvements ralentis (taï-chi) ou une séance d'étirement, pour ainsi favoriser le développement de l'amplitude articulo-musculaire.